Handicap et sentiments

( Il est nécessaire de s'identifier pour parcourir le forum )
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 nouveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: nouveau   Ven 26 Jan - 17:56

salut je suis cal1984 je recherche une ptite moitié si sa vous interesse j'ai 22 ans et j'aimerias une fille assez sympas et jolie gros bisous cal 1984
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 19:57

Bonjour a toi !
Je ne suis pas ta moitié mais je te souhaite la bienvenue et te demander quelques précisions pour te présenter. Est ce que tu as un handicap ? Ton histoire, ton rapport ac le handicap que tu sois valide ou non, pourquoi tu t'intéresses au forum, de quelle ville tu es...le bla bla koi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 20:48

bienvenue à toi

Si j'ai bien compris tu recherches ta moitié mais uniquement les jolies filles, c'est ça ? Sympa pour les autres !

a+
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: voila mon histoire   Ven 26 Jan - 21:19

PREMIER CHAPITRE
MON COMBAT


Depuis mon enfance, j’ai du faire preuve de courage car il y a eu beaucoup d’obstacles pour qu’aujourd’hui, je sois Jérôme. Une asphyxie du cerveau à la naissance, et voilà le verdict des médecins: Je ne marcherai jamais, je serai un légume, bref rien de bien réjouissant pour mes parents et pour ma vie future. Il fallait me placer dans un établissement spécialisé pour le reste de ma vie. Mais mes parents ne se sont pas laisser faire et on s’est battus pour que je puisse avoir la vie la plus normale qui soit. Marcher comme tous le monde était la chose la plus importante. J’ai beaucoup souffert mais je savais que je devais faire les choses jusqu’au bout pour pouvoir avoir une vie comme les autres.

Le travail était très épuisant pour tout le monde mais mes parents le faisaient sous forme de jeux et donc cela était moins pénible. Ils s’occupaient de moi très tard à l’époque car ils travaillaient et je ne les voyaient pas la journée.

On faisait des étirements à mes jambes, des exercices d’équilibre, et de cette façon, j’ai pris de l’assurance et j’arrivais à me débrouiller un peu mieux. Ils ont eu raison.

Un jour, nous avions rendez- vous avec mon médecin à l’hôpital Necker. Il ne croyait pas que j’arrivai déjà à faire plein de choses et surtout que j’arrivai aussi à réfléchir et à discuter avec eux. Il nous a demandé de voir immédiatement un psychologue car pour lui ceci était impossible que je puisse faire tout cela alors que je devait être cloué dans un lit.

Le plus drôle, c’est que les psychologues avaient fait passer des examens à mes parents mais tout était normal!!.

Lorsque ce fut mon tour, le médecin ne comprenait pas comment fonctionnait mon cerveau car pas mal d’enfant de mon cas n’ont pas le même résultat que moi alors ils m’ont posé des questions et j’avais réponse à tout. Les psychologues ne comprenaient rien. Ils demandaient à nous revoir tout les ans puis c’était toujours le même diagnostique alors on a décidé de ne plus revenir. Je me demande si c’était pas eux les fous!!.

On habitait à Cormeilles- en- Parisis dans un appartement au quatrième étage sans ascenseur et je montais les escaliers sur mes fesses. Imaginez l’état de mes pantalons à toujours me trainer par terre…… Mais dans un sens, c’était un très bon exercice mais que c’était difficile et épuisant.

A trois ans je suis allé à la maternelle comme tous les enfants de cet age. J’étais super excité. Mais je devais aller à Sartrouville car à Cormeilles, les structures n’étaient soit-disant pas adaptées pour m’accueillir.

Mes camarades n’étaient pas très sympas avec moi mais ils n’étais pas les seuls car mes maîtresses ne l’ étaient pas non plus. J’ai mal digéré leur comportement envers moi et en plus de ça, je n’allais pas en récréation comme tous les autres enfants car j’étais cloué à une attelle pour pouvoir marcher plus tard

A l’age de cinq ans, le GRAND jour est enfin arrivé. J’ai réussi à marcher avec un déambulateur puis petit à petit j’ai laissé le déambulateur de côté puis j’ai travaillé encore avec mes parents et j’ai réussi à marché seul.

Ce jour là a été un grand soulagement pour tout le monde et j’étais le plus heureux de tous les garçons. Mais j’avais toujours du mal a accepté mon handicap. Je continuais la kiné, j’avais besoin aussi d’une ergothérapeute et d’une orthophoniste. Pour moi, pas beaucoup le temps de penser à autre chose.

Ensuite, je suis entré à l’ école primaire. J’allais à Sarcelles dans une classe où j’étais avec d’autres enfants handicapés, le matin dans une classe normale et l’après midi dans la classe avec les handicapés. Le matin je partais vers six heures et le soir je rentrais vers dix huit heures. J’étais très fatigué du trajet mais en plus il y avait les devoirs à faire.

Un an plus tard, toute la classe des handicapés est partie à Tignes Albertville voir les jeux paralympiques d’hivers. Je n’avais jamais vu la montagne alors imaginez ma joie. Malheureusement, cela n’a pas duré car mes problèmes d’audition sont apparus.

J’entendais une machine à laver dans mon oreille et mes parents ont compris qu’il était très urgent d’aller consulter à l’hôpital Necker. Le médecin me dit que je dois être opéré en urgence. J’avais peur de ne plus entendre mes parents et mes amis. L’intervention n’a pas bien marché pour mon oreille gauche qui est devenue sourde mais un peu plus de chance pour la droite car j’ai pu avoir un appareil auditif pour entendre.

J’ai raté beaucoup d’école pourtant j’étais très travailleur mais j’ai redoublé mon CE2 à cause de mes opérations.

Je ne me sentais pas comme les autres après de tels drames. Je me demandais si un jour, je pourrai être tranquille et vivre plus sereinement.

Il a été décidé que je revienne à l’école à Cormeilles. Cela a été un grand soulagement car c’était vraiment très dur d’aller dans une école aussi loin

Mais un an plus tard, la naissance de ma sœur m’a ouvert de nouveaux horizons. Je devenais un grand frère et j’en étais très fier.

























Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:20

CHAPITRE DEUX



MON PREMIER AMOUR




Comme mes parents travaillaient, je ne pouvais pas rester tout seul à la maison alors ils on décidés de me trouver une nourrice.

C’étaient des gens charmants et de plus, je suis tombé sous le charme de Sophie, leur fille, la plus belle et la plus compréhensive que j’ai connue. Elle m’a soutenu à chaque instant et elle a su me considéré comme une personne normale et elle a toujours voulu être à mes côtés pour affronter les problème que je pouvais rencontrer. On aurait dit une fan car elle savait que je pouvais aller jusqu’au bout des choses et elle m’aidait à cela.

Je me souviens qu’avec Sophie, on se protégeait l’un et l’autre pour les bétises qu’on faisaient. Par exemple, elle détestait les épinards et moi j’adorais alors j’échangeais nos assiettes et je finissais la sienne à sa place mais sa mère s’est vite aperçu qu’on trafiquait dans son dos. On rigolait beaucoup avec ça.

Un jour, je devais dormir chez elle. On s’est déclarer notre flamme, on avait douze ans à cette époque, j’étais le plus heureux car c’était un jour magique de ma vie.

Malheureusement je ne pensais pas qu’au bout d’un an, notre relation pouvait s’arrêter.

Je n’y croyais pas, j’étais dans mon univers, renfermé sur moi même et je pensait qu’elle pouvait revenir un jour.

Mais Sophie est partie en Mayenne et c’est alors que j’ai compris que c’était définitivement terminé et j’ai craqué pour de bon.

Un jour, elle me téléphone. Ca m’a fait un drôle d’effet de lui parler et je ne savais pas quoi lui dire. J’étais troublé. J’ai repensé à tous les bons moments que l’on avait passé ensemble.

J’ai toujours gardé de très bons souvenirs comme la première fois où elle m’a embrassée sur la bouche.

J’ai essayer d’être moi même pour affronter cette séparation mais c’était trop difficile. Je pensais trop à elle et c’est parce que j’étais très amoureux et que je ne voyais pas la place que ça me prenait dans mon cœur.

Mais j’ai mis quatre ans pour me remettre de son départ.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:21

CHAPITRE TROIS
MES ANNEES COLLEGE


Petit, j’ai toujours été très timide mais très généreux avec la famille et les autres. Par contre, j’ai appris que je pouvais être trahi par des camarades ou des amis. J’ai même été victime de racket et de violence physique et morale à l’école.

Je me rendais souvent malade à cause de tous ces gens qui ne me comprenaient pas mais je faisais en sorte de tout garder pour moi pour éviter tout genre de problème avec les personnes qui me faisaient du mal.

Un jour, j’en ai eu marre et j’ai du tout déballé à mes parents.

A l’école, je voulais qu’on me considère comme une personne normale, je ne voulais pas être traiter d’handicapé comme certains ont réussi à m’appeler. Cette méchanceté, je n’en voulais pas et je n’en voudrais jamais.

J’ai compris qu’il me fallait la force de vouloir avancer dans le présent car j’avais pris conscience que mes handicaps moteur et auditif seront des choses très difficiles à accepter dans la vie de tous les jours.

Ma famille m’a toujours trouvé très têtu et j’avais toujours eu peur que ce soit une honte d’être têtu mais avec le temps j’ai compris que tout le monde peu le devenir. En même temps téméraire pour l’école et dans la vie.

Je me souviens de mon pire cauchemar lorsque je suis rentré au collège en sixième. Mon professeur de français ne m’aimait pas et on aurait même dit qu’elle me détestait parce que j’étais handicapé. Pour elle, je n’était bon à rien et ne le serait toujours. Je n’avais rien à faire à l’école!. Quand je lui demandais de répéter en cours, un jour, elle m’a même répondu que je n’avais qu’à mieux entendre. Comme si tout cela était de ma faute.

La scolarité au collège a toujours été très difficile. Il y avait trop de bruit en classe, les élèves ne se souciaient jamais de moi . J’étais souvent seul et j’avais l’impression que personne ne me comprenait.

Heureusement, j’ai connu Jean Marc qui est devenu mon meilleur ami. Il était vraiment sympa avec moi, il à été le premier garçon à pouvoir m’accepter tel que j’étais et il a toujours été fier de moi. Il m’encourageait par rapport à l’école, par rapport au sport et même par rapport aux filles.

Pour essayé de montré mes capacités sportives, j’ai du m’inscrire au tennis. Ce sport m’a apporté la confiance, la maitrise de moi-même. J’en ai fait pendant cinq ans. Mais j’étais obligé d’en faire avec les « valides » car les structures sportives pour handicapés sont rares et très éloigné de chez moi.

Les années de collège qui on suivi ont été avec des rackets, des violences, de l’incompréhension, du rejet. Mais malgré tout cela, je me suis battu et en troisième, j’ai passé mon brevet comme les autres. Jean Marc était de nouveau dans ma classe et comme on s’entendait vraiment très bien, j’avais plus confiance en moi. Tous les deux, nous avons travaillé dur pour avoir le diplôme.

Imaginez ma joie et la fierté de mes parents quand nous avons appris que j’étais reçu. C’était une très belle victoire sur tous ces gens qui n’avaient pas cru en moi, sur tous les élèves de la classe qui me considéraient comme un moins que rien. Mais je n’avais pas l’intention d’en rester là.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:22

CHAPITRE QUATRE
DECOUVERTE


Mon premier grand voyage, je l’ai fait lorsque j’avais dix ans avec mes parents et ma sœur, nous avons été en Suède pour la première fois.

Quand on y allait, on allait en voiture jusqu'à Amsterdam puis là on prenait un bateau jusqu'à Göteborg qui mettait environ un jour de traversée. Super de dormir dans une cabine avec vue sur la mer, de manger au restaurant et le soir se balader sur le pont ou bien encore aller jouer aux machines à sous.

On y allait pour les vacances d’été, pendant trois semaines.

Une partie de ma famille y habite. Le plus difficile sur place, c’est la langue. Le suédois n’est pas évident alors il faut se débrouiller en anglais. Avec mes cousins, on chantait des chansons comme « le petit âne gris » et ils essayaient de m’en apprendre en suédois.

C’est un très beau pays car là bas les animaux sont assez sauvages et puis les gens sont très sympas et les paysages très variés. J’ai visité des villes comme Göteborg ou bien Varberg, j’ai été dans un immense parc d’attraction, j’ai fait du canoë, …

Le soir, on allait faire des promenades dans les bois et on voyait des élans et on pouvait les prendre en photo ce n’était pas interdit de ramener un petit souvenir de Suède…

Mon oncle a été quelqu’un de très important pour moi. Il a toujours su me comprendre et me considéré comme quelqu’un d’important.

Il ne faisait pas de différence entre les autres et moi.

Pour moi, c’était comme un Dieu. Malheureusement, il s’est séparé de ma tante et maintenant, nos rapports ne sont plus les mêmes.

Mes parents m’ont toujours emmené partout avec eux dans chacun de leurs déplacements.

Ils m’ont fait escalader des montagnes, m’ont emmené à la pêche sur la côte sauvage en Bretagne, bref, grâce à eux, j’ai pu découvrir tout un tas de coins magnifiques mais je dois dire que parfois j’avais la frousse.

Mais ils étaient toujours là pour m’aider et m’encourager.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:23

CHAPITRE CINQ
LA TROUPE LEGERE


Mon premier jour au lycée a été très difficile car je pensais que la mentalité de mes camarades était la même que celle du collège et c’est vrai que je n’ai pas eu vraiment de chance ils étaient bien pire que des bébés il est vrai que je suis le plus âgé dans ma classe.

Pourtant mes parents et mes amis me soutenaient de ce côté car ils ont vite compris que le problème d’intégration m’énervait.

Je voulais plus de compréhension envers moi et je pensais qu’en étant dans un établissement ou il y aurait des malentendants serait plus adapté pour moi seulement il n’ y a pas de classe de BEP secrétariat avec des malentendants comme moi alors j’ai été dans une classe normale ou il y avait beaucoup de bruits et il m’était impossible de suivre les cours correctement mais il est vrai que dans le secrétariat ce n’est que des filles plutôt bavardes et j’étais le seul garçon de la classe alors je me sentais rejeté par elles.

Je travaillais du mieux que je pouvais et je me suis fais un ami dans se lycée il s’appelais Vincent et on s’entendait comme des frères.

Un jour, j’ai vu une affiche de théâtre dans le lycée et comme avec ma classe ça n’allais pas du tout, j’ai du trouver une voie me permettant de montrer quel genre de garçon je suis.

J’ai été séduit par l’ambiance de cette troupe et par son professeur qui a cru en moi.

La troupe de théâtre est devenue ma seconde famille.

Enfin des garçons et des filles qui m’acceptaient tel que j’étais, sans aucune arrière pensée, sans aucune remarque sur mes handicaps et toujours prêts à me rassurer en cas de trac.

Le premier spectacle de fin d’année a été réussi. Mes parents avaient des yeux ébahi lorsqu’ils m’ont vu sur scène en train de donner des répliques ; faire un monologue ou encore chanter Garou.

Mais ce n’était que le début de mon parcours avec cette troupe. J’avais la ferme intention de continuer dans cette voie. Quel bonheur pour moi de pouvoir être sur scène, de m’exprimer devant un public et de partager tant d’émotions.

J’ai fait ma première rencontre avec un poète qui s’appelait Guy Goffete. L’année suivante, il y avait toujours le même problème avec ma classe alors il n’était pas question que j’arrête le théâtre. J’avais encore beaucoup de choses à faire sortir de moi et cette année là restera gravé dans ma tête à jamais. Je ne pourrait pas l’oublier. Tout d’abord, j’ai rencontré deux nouvelles partenaires Christelle la brune et Claire la blonde.

C’était des filles très différente mais a la fois très rigolote. Je les considérais comme des sœurs.

J’avais toujours hâte d’être le mercredi car c’était le jour des répétitions.

Quel bonheur de travailler avec cette troupe. Enfin, je vivais. J’avais une impression de liberté.

Le soir du deuxième spectacle de fin d’année, à la salle Jean Villard, j’avais demandé à Claire de préparer une surprise pour ma mère car cette année là on travaillais sur la comédie musicale et la chanson préféré de ma mère c’était « l’envie d’aimer » et Claire a accepté de chanter avec moi.

Cette soirée là m’a le plus toucher car au moment où Claire et moi chantions nous avions pleuré sur scène tant il y avait d’émotion, le public était transis d’émotion, et mes parents étaient en larmes.

Après la représentation, je me suis laissé aller dans les bras de Claire pour évacuer mes sentiments de joie et toute cette pression de fin de spectacle. Encore une personne qui a su tirer le meilleur de moi-même.

L’année suivante, j’ai continué le théâtre pour approfondir le plus de choses sur scène car je ne voulais rien perdre dans tout ça, je voulais aller encore plus vite et montrer ce que je peux valoir dans n’importe quelle situation mais il est vrai qu’il y a eu pas mal de départ et donc j’avais du mal à retrouver mes repères mais je devais aussi penser à mon objectif : le BEP.

Cette année là au théâtre j’ai rencontré un grand écrivain Monsieur Gérard Noiret. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui d’autant je connaissais sa femme qui avait été mon professeur de français au collège. Il m’a aussi donné plus de facilité dans mon travail personnel. Cette année là ; les répétitions me prenaient beaucoup de temps. Ca demande un très grand travail mais la chose qui me fais le plus plaisir c’est donner du bonheur au public autant que je peux.

Etre avec les membres de la troupe et jouer dans la salle Jean Villard est l’une des plus grandes opportunité qu’on à pu me donner.

Et si je devais remercié quelqu’un eh bien, c’est Madame Christine Eschenbreder, qui m’a donné ma chance et a compris l’importance du théâtre dans ma vie. Les membres de cette troupe sont vraiment ma seconde famille et toutes ces images seront gravés à vie dans ma mémoire.

Tout ceci ne m’a pas empêché de rester concentré sur l’objectif de l’année scolaire, à savoir le BEP.

Qui aurait cru au lycée que moi, Jérôme, je puisse l’obtenir. Je suis sur, pas grand monde.

Mais encore une fois, j’ai réussi à prouver que je n’étais pas qu’un incapable avec un cerveau qui ne marche pas comme tout le monde.

J’ai eu mon diplôme avec succès et mes parents en était très heureux.

Moi aussi bien évidament. Ceci m’a donné la force de continuer à me battre et de prouver que je suis capable d’arriver encore plus loin.

Toute une famille soudé et qui me fait confiance, rien de tel que pour progresser dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:24

CHAPITRE SIX
MES VINGT ANS


Vingt ans, ça se fête et pas seul !!! et bien sur, entouré d’amis. La troupe de théâtre a donc répondu présente pour cet évènement.

Je voulais que mes deux familles soient réunie pour cet occasion.

Ensemble, on s’est amuser comme des fous. On a chanté, on a beaucoup parlé, et on a bien ri, bien bu et bien mangé.

J’ai été bien gâté. J’ai eu la tenue complète de Lucky Luke.

Le lendemain de leur venue, mes parents m’ont réservé encore une sacrée surprise.

Je ne me doutais de rien jusqu'à ce que nous allions dans un restaurant et en entrant, j’aperçois toute ma famille venue des quatre coins de la France. Comment était-ce possible ? je n’y croyais pas car je ne doutait pas qu’ils ait pu réalisé ceci sans que je m’en aperçoive.

Lorsque je m’approchais de chaque membre de ma famille, j’étais couvert de bises et de cadeaux. Il est vrai que c’était encore une belle journée.

Mes parents m’ont offert un ordinateur portable ce qui est bien utile pour les études que je fais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:25

CONCLUSION





J’ai vécu des jours terribles dans mon enfance mais quand je revois tout cela, je m’aperçoit que j’ai tout gagné grâce à ma famille et mes amis qui m’on soutenus.

Mes jours les plus beaux vous les avez découvert dans cet autobiographie.

Il y a le courage et la volonté de pouvoir réussir une vie qui peut paraître impossible à vivre alors pour y arriver faut l’amour et l’envie de se battre à chaque instant de notre vie…

Ma vie à été un long combat et je sais que c’est loin d’être fini mais il y a le résultat qui compte avant tout et heureusement que j’ai eu de la chance que mes parents ait agis intélligement et je peux remercier tout les gens qui m’on aidé et soutenu.

J’ai compris une chose : on vie qu’une fois et il faut que je prenne mon temps pour vivre ma vie.

Mais ce que je n’admet pas, ce sont les gens méchant, qui ont des préjugés sur les handicapés et qui font de la discrimination.

Ce qui est le plus important chez une personne, ce n’est pas son physique ou sa manière de marcher. C’est ce qu’elle a à l’intérieur d’elle-même. Il y a des richesses mais peu de gens arrive à les apercevoir.



voila en espèrant vous avoir plus mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 21:54

Citation :
Ce qui est le plus important chez une personne, ce n’est pas son physique ou sa manière de marcher.

Tu m'expliqueras pourquoi tu recherches des filles jolies alors !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Ven 26 Jan - 22:05

Mdrr !
Excelent !
T'a l'air d'être un phénomène toi, jsens que je vais bien t'aimer ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 2:12

Athénaïs a écrit:
Mdrr !
Excelent !
T'a l'air d'être un phénomène toi, jsens que je vais bien t'aimer ! Very Happy

mais Athénaïs cherie Laughing
et nous

sincerement c'est un tres beau recit j'aime beaucoup ,
je resenti beaucoup de chose que j'ai vecuaussi quant j'etais au college , je pense que tout handi se reconais dans le resumé de ta vie .

bienvenue sur ce forum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 13:39

tout se que vous avez lu c'est mon autbiographie que j'ai commencer d'écrire sur se long combat.........
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 13:40

merci a tout ceux qui m'on super bien acceuillis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 13:41

oml32 a écrit:
Citation :
Ce qui est le plus important chez une personne, ce n’est pas son physique ou sa manière de marcher.

Tu m'expliqueras pourquoi tu recherches des filles jolies alors !

ben sa tu vois c'est le coup de foudre que j'ai assez souvent pour les joliese filles mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 15:39

Tu n'es pas le seul à préfèrer les jolies filles . T'as le droit Cal, c'est honnête de le dire d'ailleurs. Pis jolie çà ne veut pas dire parfaite, mais plutôt charmante à mon sens (c'est à la porté de beaucoup de filles çà Wink ).

Bienvenue à toi en tout cas.

Sandrine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 16:44

sandrine77 a écrit:
Tu n'es pas le seul à préfèrer les jolies filles . T'as le droit Cal, c'est honnête de le dire d'ailleurs. Pis jolie çà ne veut pas dire parfaite, mais plutôt charmante à mon sens (c'est à la porté de beaucoup de filles çà Wink ).

Bienvenue à toi en tout cas.

Sandrine

exactement et d'ailleur pour te rassurer j'ai jamais connue de filles parfaite lol et je crois que personne n'est parfait
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 19:42

Bienvenue dans la petite famille de ce forum.

Les filles sont toujours jolies quand elles sont regardées avec les yeux du coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 20:26

Jolie phrase, c'est du barbara cartland ça non ? Laughing Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 22:37

Salut cal et bienvenue sur le forum.
Et au passage, très belle autobiographie, bravo d'avoir tout retracé ainsi!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 22:53

merci a tout ceux qui ont répondu cordialement calagaro
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Sam 27 Jan - 22:54

Athénaïs a écrit:
Jolie phrase, c'est du barbara cartland ça non ? Laughing Wink

oui je crois bien mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Dim 28 Jan - 16:33

présentation avec chapitres et tout ! Et pour quelqu'un qui est censé avoir un cerveau digne d'un poulpe en hibernation, tu t'en sors mieux que moi en orthographe Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nouveau   Dim 28 Jan - 20:46

TchatKiPeut a écrit:
présentation avec chapitres et tout ! Et pour quelqu'un qui est censé avoir un cerveau digne d'un poulpe en hibernation, tu t'en sors mieux que moi en orthographe Mr. Green
l'orthographe c'est normal a cet époque on nous demander de faire une autobiographie depuis je l'ai garder et voila le travail heureusement ma mère à corriger l'orthographe mdr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nouveau   

Revenir en haut Aller en bas
 
nouveau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un nouveau blog "L'express" consacré à l'éducation
» Poisson nouveau : loche de mer ?
» Un nouveau dinosaure "broyeur’’ à bec de canard
» le nouveau livre de christophe Barbe il est là !
» Nouveau système solaire : un article qui fait plaisir, et qui nous change des sondages.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Handicap et sentiments :: Qui êtes-vous chers membres ?-
Sauter vers: